Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Recherche

Articles Récents

11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 12:17

Bonjour,


me voici de retour pour vous parler du Trail de la Vallée de Joux, qui aura lieu le 19 mai 2013. Ces dernières semaines, j'ai effectué une reconnaissance du parcours, dont la première partie d'environ 21 kilomètres est nouvelle. Cette double reconnaissance faisait partie de ce plan d'entrainement. Le premier mai 2013, j'ai donc fait la première partie, soit Vallorbe-Le Day, 21 kilomètres avec environ 700 mètres de dénivelé positif (D+), et autant de D-.

Le départ a lieu au centre sportif de Vallorbe, altitude 749 mètres. Ce premier mai, j'ai quitté la maison sous le soleil, mais le Jura est sous les nuages et la brume. La température, environ 12-15 degrés est idéale pour moi qui supporte mal la chaleur à l'effort. Les trois premiers kilomètres se courent en parallèle à l'Orbe et en lisière de forêt.

Orbe

Les sources de l'Orbe sont toutes proches.

 

 Puis vient la première montée, jusque à la Grotte aux Fées (800m). Encore environ un km de montée, on arrive à 1200 mètres et à un croquignolet  frontière, qui n'est plus exploité.

Douane

Les douaniers de l'époque ne devaient pas se marrer tous les jours...

 

Depuis cet endroit, on part en direction du Mont d'Or. Le chemin suit plus ou moins la courbe de niveau et ainsi, on progresse en forêt et en lisière de pâturage jusqu'au lieu-dit Pralioux. Une montée d'un peu plus d'un km nous porte à 1'380 mètres et à la Cabane du Mont d'Or, qui est encore fermée.

Cabane CAS

La cabane CAS du Mont d'Or, altitude 1380 mètres.

 

Je suis parti depuis 1 heure et 45 minutes. A nouveau, je suis sur la frontière. Un petit saut en France me permet d'admirer le côté français de la Borne frontière. La république ne serait pas arrivée jusque là?

 

Borne.jpg

Y auraient-ils encore des nostalgiques de la Fleur de Lys?

 

Retour en Suisse et en route pour le sommet du Mont d'Or, par les chemin de Crête. Je traverse la frontière sans m'en rendre compte. Ma progression est freinée par la présente d'importantes quantités de neige dans les envers peu exposés au soleil (quand il y en a...), et évidement ces envers sont là ou passe le chemin...

 

Neige.jpg

Heureusement qu'il y a les traces de randonneurs...

 

Je suppose que jusqu'à la course, plus de deux semaines après la reconnaissance, la neige aura fondu! Le mont d'Or (1461 m.) est dépassé. Je suis maintenant au soleil. Quelques touristes et les chamois admirent la mer de brouillard et de stratus des vallées inférieures.

 

Brume.jpg

Depuis le bord du cirque, on surplombe les nuages ou je me trouvais il y a encore une demi-heure.

 

Après le sommet, toujours sur les chemin de crêtes, on longe un cirque rocheux qui évoque le Creux du Van. J'arrive à l'arrivée sommitale du télésiège du Troupezy. Et je prends un mauvais 'chemin'. Je suis en fait le trajet du télésiège. dont la longueur avoisine le kilomètre. Mauvais choix: après deux ou 300 mètres, je me retrouve devant une forte déclivité ressemblant à un précipice, ou se trouvent de gros blocs de pierre, venus là par éboulement. Au lieu de remonter, je pense pouvoir passer par la forêt, sur le bord de la tranchée. Deuxième mauvais choix: la forêt est très pentue aussi, très humide, très glissante. Je perds au moins 15 minutes. J'arrive enfin au départ du télésiège. Encore un kilomètre et j'arrive dans le hameau "Les Tavins". A la bifurcation, je vois un panneau indicateur désignant Jougne-Centre. Diable, que fais-je sur territoire français? Effectivement, depuis la cabane du Mont d'Or, le tracé est sur France. Je comprends mieux l'absence de panneaux indicateurs de randonnée. Aux Tavins, j'ai un peu de peine à me repérer et je perds encore quelques minutes. Finalement, un km plus loin, aux Echampés, je retraverse la frontière et je me trouve maintenant à environ 3-4 km du Day, but de la journée.

 

Echampés

Depuis les Echampés, on voit au loin le cirque du Mont d'Or. Les nuages et la brume ont donc disparus!

 

Sur ces trois km, je perds encore un peu de temps, car les indications pour la gare du Day (altitude 768 m.) ne sont pas très précises et je dois chercher mon chemin. Finalement, j'arrive à destination après 3:54:09. Cela me donne une indication sur ce qu'il faudra accomplir le jour de la course, la barrière horaire en ce lieu étant de 3:30. Mais un jour de bonne forme, un parcours bien balisé, un ravitaillement adéquat, une bonne météo, tout ceci devrait permettre d'y arriver sans trop de problèmes. Cette première partie du parcours est plaisante et diversifiée. Elle représente, je pense, un bon tiers de l'effort total.

 

Ce lien mène à un article contenant les plans d'entraînement et les conseils de ce blog.

 

A bientôt

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis - dans running
commenter cet article

commentaires