Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Recherche

Articles Récents

21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 17:19

Bonjour,

 

ce dimanche matin 19 mai 2013, le premier objectif costaud de 2013 est devant nous: le trail de la Vallée de Joux avec ses 56 kilomètres, 2750 mètres de dénivelé positif et comme point culminant le Mont Tendre, à 1678 mètres d'altitude. Quelques jours avant la course du 19 mai 2013, l'organisation nous a envoyé un mail pour nous communiquer la décision de modifier la fin du parcours, pour cause de présence de neige restante de l'hiver dernier. Cette année, le Mont Tendre est trop dur !!! Si il y a encore de la neige maintenant en dessus de 1300 mètres, c'est qu'il en est beaucoup tombé d'une part, mais c'est surtout en raison du très mauvais temps de ces dernières semaines, qui empêche la neige de disparaitre complètement. Est-ce aussi pour cela que la fréquentation de ce blog est en baisse pour ce mois (en orange) par rapport au mois de mai de l'année dernière (en gris)? Je pense que oui.

 

stat 05 2013

Statistique de mai 2013 versus mai 2012

 

Ci-dessous, on voit en rouge la nouvelle partie du parcours entre l'Abbaye et l'arrivée (troisième tranche de la course).

Modif cause neige

Troisième et dernière partie du 56 km.

 

Nous passons la nuit de samedi à dimanche directement dans la vallée de Joux, histoire de s'imprégner de la région. La météo est à l'image des dernières semaines. En fin de journée, il ne pleut pas (plus). Les averses se déclenchent durant la nuit, un vrai déluge. Les chutes de pluie sont sensées se terminer le dimanche matin à 06:30. Un peu avant six heures du matin, nous touchons les dossards et faisons contrôler les sacs (matériel obligatoire). 06:15, le départ est donné à Vallorbe, sous la pluie, heureusement pas trop diluvienne.

Nous courrons environ 2,5 kilomètres le long de la rive sud de l'Orbe. Première montée, nous arrivons à la grotte aux Fées. Nous traversons ensuite la route qui mène à la vallée de Joux. Au bord de la route, Dominique qui nous a véhiculé jusqu'au départ nous souhaite une bonne course. Une montée de plus d'un kilomètre nous mène à proximité de la frontière, à environ 1200 mètres. Jusque là, les sensations sont bonnes. Direction le Mont d'Or, en courant à flanc de coteau, toujours à 1200 mètres. La cabane du Mont d'Or est atteinte après 75 minutes d'effort, alors qu'il m'avait fallu 90 à la reconnaissance. Compte tenu du fait qu'il y a deux semaines je cherchais mon chemin, la différence n'est pas énorme. Mais en partant à 06:15, c'est plus difficile, donc tous comptes faits, c'est pas mal.

 

Mont d'Or

Cela ne se voit pas sur la photo, mais la neige tombe encore!!!

 

Après le Mont d'Or, on suit le chemin des crêtes pendant 2 kilomètres (nous sommes donc maintenant en France), puis on entame la première descente. Le chemin est plus aisé que lors de ma reconnaissance (je n'avais alors pas le parcours exact) et j'arrive au Day avec 30 minutes d'avance sur la barrière horaire. Cette confortable avance me rassure sur la possibilité de terminer enfin un trail, ce que je n'ai plus fait depuis longtemps, si j'excepte la petite Transjurassienne de l'année dernière (qui était plus courte et plus facile). Je ne m'attarde pas et la montée en direction de Pré Giroud commence. Dans cette montée, j'ai le premier 'moins bien' de la journée. Au bout d'un moment, je me retrouve dans un grupetto de toute fin de peloton. Après, c'est le Chalet de Premier, puis le lieu-dit Sur Grati ou on rejoint l'ancien tracé. Dès que je suis au 'plat', ou en descente, je reprends un peu de distance avec les autres membres du groupe. Je me sens mieux. Je suis constamment juste derrière ou juste devant un binôme de deux copains, beaucoup plus jeunes que moi, qui courent ensembles. Il y a encore un ou deux autres concurrents derrière.


Depuis Sur Grati, on courre environ 1,5 km jusqu'au hameau Le Plâne, dont plus de 500 mètres dans un bourbier total, en fait un chemin défoncé par les engins de bûcheronnage. Une bonne petite montée de quelques centaines de mètres avec un fort dénivelé constitue la première approche de la Dent de Vaulion. Une concurrente blessée reçoit de l'aide devant une ferme. Torsion de cheville. La montée à la Dent de Vaulion se fait sans encombre. Comme il n'y a pas de barrière horaire à cet endroit, je ne me souvient pas de l'heure, mais je vois que la demi-heure d'avance que j'avais au Day a du fondre. Je ne dois donc pas tarder dans la descente sur l'Abbaye. Tout du long, j'apprécie d'être venu en reconnaissance ces dernières semaines, ce qui me permet de gérer au mieux mon effort. La descente n'est pas difficile, mais boueuse et glissante et c'est ainsi que deux ou trois glissades heureusement sans gravité me recouvrent de boue du côté du postérieur.


J'arrive à l'Abbaye pile-poil sur la barrière horaire. Je m'octroie 5-10 minutes de pause pour la première fois depuis 06:15 alors qu'il est 12:15 et que 36 km sont derrière. Je me ravitaille correctement avant d'attaquer le dernier tiers de la course. Au bord du lac, la météo n'est pas trop mauvaise, mais il y a du vent et comme je suis détrempé, je commence à sentir le froid. Sac au dos, en avant marche.


Dès le départ de l'Abbaye, on commence par une montée assez rude d'environ 1 km. Les concurrents avec qui j'étais en compagnie avant l'Abbaye sont partis avant moi et du coup, je suis maintenant bon dernier. Le dernier ravitaillement qui a été déplacé vu que nous n'irons pas au Mont Tendre est atteint. Nous avons maintenant couvert environ 45 km. On court maintenant sur un 'haut-plateau' ou en hiver le chemin est recouvert par la neige d'une piste de ski de fond. Il y avait encore beaucoup de neige il y a deux semaines, elle a bien fondu. Toute cette flotte fait que nous courrons à nouveau dans la gadoue. Je descends maintenant sur la Vallée de Joux.  Je rattrape les deux compères du matin, puis je les dépasse. Dans la descente, je dépasse encore un concurrent occupé à téléphoner. Enfin le lac est en vue. Reste les deux derniers km de plat avant l'arrivée. M'y voici enfin, je passe la ligne d'arrivée, attendu par Sébastien déjà douché et rechangé. Je suis content, cette fois j'ai terminé, tout juste dans la barrière horaire, mais j'ai terminé. Et pas dernier. Par rapport au derniers essais, c'est un progrès. Mais ce résultat me demande un effort tel que je dois me demander ce que je dois changer dans ma préparation ou dans mon/mes objectif/s.

 

Arrivee-TVDJ-2013.jpgBoueux, mais content!


Après l'effort, comme toujours, le réconfort: tout à notre joie, nous allons passer un agréable moment autour d'un bon repas à la table de l'un des restaurants réputés de la Vallée: www.restaurantdulaclepont.com.


 

Ce lien mène à un article contenant les plans d'entraînement et les conseils de ce blog.

 

http://www.trailvalleedejoux.ch/banniere.jpg

Cliquez sur l'image ci-dessus ...

 

A bientôt


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis - dans running
commenter cet article

commentaires