Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Recherche

Articles Récents

9 mai 2005 1 09 /05 /mai /2005 00:00

Samedi 7 mai 2005: diane: 0530;
Départ du train de Marin-Epagnier: 0643
Arrivée à Berne (capitale de mon (très) beau pays): 0723;
Départ du train (prévu) de Berne pour Hindelbank: 0750: à remarquer: nous sommes censés voyager en RER... ce qui laisserai supposer des correspondances un peu plus performantes!
En fait, sur le quai, le panneau annonce: "les trains sont supprimés" (annonce en allemand seulement, on est quand même à Bärn); évidemmemt, aucune autre annonce, pas de personnel, pas un chat sur le quai; je profite donc (déjà) de m'échauffer en allant demander à un employé (ce ne sont plus des fonctionnaires, mais cela ne fonctionne pas mieux, bien au contraire...); "les trains sont supprimés,vous devez aller prendre le RBS jusqu'à Schönbühl et là, vous aurez un bus pour Hindelbank".
Super! Ca part bien! Le nouveau train (si on peut appeler ainsi une espèce de tram de banlieue indigne du prix de mon billet) me pose à Schönbühl. Mais à cet endroit, il y a 2 gares. Comme toujours très éveillé quand je suis directement concerné, j'avise un chauffeur de bus qui m'indique l'endroit où nous trouverons le bus qui va nous amener à Hindelbank.
Bon, il s'agit de 500 mètres à pied, mais comme nous avons déjà 15 mn de retard, certains commencent à être stressés!
Je te le donne en mille Emile, arrivé sur la place de la gare CFF, pas plus de bus que de beurre en broche. J'attends 3 minutes, ce qui constitue pour moi le maximun d'attente admissible (précisons que se trouvent avec moi 7-8 autres coureurs). Je prends mon portable et appelle la 'compagnie de taxi' du coin: combox.

Il est 0820, le départ a lieu à 0900, il ne se passe rien, les comparses alémaniques sont totalement amorphes: je prends ma destinée en mains et je 'réquisitionne' un brave quidam qui sortait du Landi , je lui expilque le topo, je lui demande s'il n'a pas une idée et il me dit:
"je vous y amène". Tu parles d'une chance. On monte à 5 dans sa voiture et le + super, c'est qu'il a fait une 2ème course pour le solde! Quand à moi, j'étais surtout content de démarrer à l'heure (je suis arrivé 2 minutes avant le départ sur la ligne), mais aucun des "köbis" ne m'a dit merci pour l'organisation du transport... C'est pas que je cherche la gloire, mais en Suisse allemande, sans le système D, on va pas très loin!

Au moment du départ, le soleil pointe le bout de son nez. Je constate que j'ai bien fait de revêtir un short pour le départ. Sur le moment, je regrette mon sweet-shirt à longues manches, mais ce regret ne durera pas! Les dix premiers kilomètres se passent bien, le soleil s'est caché, la température est idéale pour courir (en tous cas en ce qui me concerne). Je cours ces dix premiers kilomètres en un peu moins de 60 minutes, ce qui est supérieur au timing que je me suis fixé, mais je ne m'en inquiète pas, peut être à tort. Durant les 10 kilomètres suivants, quelques petites averses rafraîchissent l'atmosphère et j'ai effectué cette portion à raison de 9,5 km par heure, soit toujours plus vite que mon plan de marche qui est de 9 km/h. Les kilomètres suivants comportent beaucoup de dénivellé positif (presque 1000 mètres pour tout le parcours). Il y a des bourrasques de vent et un peu de pluie. Conjugués à l'altitude, ces facteurs météo me provoquent des crampes aux orteils du pied gauche, puis aux mucles des mollets et aux ischio-jambiers. Cela ne m'étais jamais arrivé jusqu'à aujourd'hui, sauf aux orteils et toujours après 30km. De plus, en général j'évite ce problème grace à des pastilles prévues à cet effet. Malgré tout, tant bien que mal, j'arrive au 44ème km après 3 heures 55 minutes de course. Je suis parfaitement dans la cible que j'ai bornée avec 5h33 pour le minimum et 6 h pour le maximum.

Les crampes s'accentuent et pour terminer, j'alterne course et marche rapide à raison de 500 mètres de course et 50 mètres de marche et cela fonctionne bien. J'arrive même à faire le dernier km entièrement en courant et mon chrono est finalement de 5:41.24,7. Sans ces crampes, j'aurais fait environ 5:30. Je suis très content, mon premier but de l'année est atteint. D'autant plus que 50 km + 1000 mètres de dénivellé équivalent en fait à 60 km/effort (on ajoute 1km/effort par 100 mètres de dénivellé positif).

J'ai fait ce 50 km dans le cadre de mon objectif majeur de l'année, soit l'ultra trail du Mont-Blanc: http://www.ultratrailmb.com/accueil.php

Partager cet article

Repost 0
Published by Rochat - dans running
commenter cet article

commentaires