Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Recherche

Articles Récents

19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 16:11
Bonjour,

trois jours après les cent kilomètres de Bienne, j'ai assez récupéré pour être à même de vous narrer mes 100 kilomètres de Bienne. Dans mon programme, il s'agissait d'effectuer une 'sortie longue' sur le chemin devant me mener au Grand raid de la Réunion. De prime abord, j'avais envisagé de faire les 50 kilomètres de l'Emmental, mais cette course a disparu du calendrier. La semaine précédent la course a été pluvieuse, mais la météo annonçait une fenêtre de beau temps juste pendant le week-end. De quoi enlever un peu de pression! car pression il y avait, surtout due au fait que je n'ai pas fais la moitié des séances prévues dans le plan que j'ai présenté dans l'article précédent. Ceci pour des raisons de santé.

Carte du parcours.

Nous voilà donc au vendredi soir du départ, à 22 heures. La température est clémente, je suis en t-shirt et corsaire. Comme je fais la course sans cycliste-accompagnant, je porte moi même un bidon de liquide, 7-8 gels, mon téléphone et un appareil photo. J'ai également un t-shirt de rechange et un coupe-vent. Le tout fait deux kilos.

Juste avant le départ, il est 22 heures.

Ravitaillement de nuit, bien pensifs les garçons.

Je suis déjà (!) au cinquantième kilomètre. Il doit être un peu après 5 heures du matin. Il fait chaud, vous pouvez constater que mon t-shirt (le deuxième) est bien mouillé!

L'aube se lève, la lumière passe entre les bâtiment d'une ferme du Seeland.

J'ai dépassé le km 56. A Kirchberg, j'ai retrouvé des effets secs amenés là par l'organisation. Je me suis changé, la pause a pris environ un quart d'heure. Je repars en bonne forme alors que vingt minutes auparavant, je suis arrivé assez fatigué. Je dois maintenant parcourir 11 kilomètres en pleine nature, principalement sur des sentiers de forêt. Cette portion est presque rectiligne et quelque peu monotone. Les anciens appellent cette partie de la course "La Piste Ho-Chi-Minh'.
La piste 'Ho-Chi-Minh' a plusieurs visages...

... il y a un ou deux ravitaillements encore occupés par quelques pilliers...

... et des portions rigoureusement rectilignes!!

Le jour est maintenant bien levé. Les villages s'animent, le facteur est déjà en tournée. La fin de la piste Ho-Chi-Mihn marque un tournant dans la course. On est au 67ème kilomètre. Quand on est là, on se dit que l'on arrivera à terminer.

Les ravitaillement sont toujours bien fournis, en marchandises et en personnel. Voici le ravito de Gerlafingen. C'est l'occasion de remercier les très nombreux bénévoles. Merci à eux!

Au loin, au pied du Jura, la petite ville industrielle de Granges. Et une descente... Dans mon souvenir, le parcours était rigoureusement plat! ce qui n'est pas le cas...

Plus que 20 km, même pas un semi-marathon... Nous sommes à Arch.


Le pont de bois de Büren an der Aare. Il reste environ 11 km.

Je commence a avoir de la peine à maintenir le rythme. Mais je serre les dents. J'alterne des périodes 'lentes' et des relances. Ce qui me permet de ne pas perdre de temps sur le planning. En 2003, j'avais fais une hypoglycémie à cet endroit. J'avais oublié de prendre ponctuellement un ou deux gels. De plus, il faisait 35 degrés. Et c'était mon premier ultra-marathon...

Ah, cette fois, on sent l'écurie.


Plus que mille mètres, je suis content de moi!

En effet, avec un entraînement minimum (mais avec un gros foncier accumulé au long des années), sans accompagnateur durant 14 heures, qui non seulement porte les 'bagages', mais qui remonte le moral quand il y a un coup de mou,  avec six ans de plus, j'ai finalement gagné 75 minutes sur la précédente édition. Si j'ai quelques fois eu des frissons durant la nuit (petit vent sur un t-shirt humide), globalement, la température m'a bien aidé, il faisait environ 25° à l'arrivée.

It's done!!! But atteint. Je suis très satisfait, compte tenus de la préparation!!!

Après une bonne douche, ja vais voir arriver d'autres concurrents.

Cette longue sortie m'a complètement rassuré sur le futur raid de la Réunion. Je dois maintenant me mettre à faire du dénivelé, et sérieusement. cela commencera par le semi-marathon de Bettmeralp, suivi par une montée Sierre-Zinal, puis un Marin-Chaux de Fonds.

A bientôt










Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis - dans running
commenter cet article

commentaires