Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte libre

Recherche

Articles Récents

16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 16:50

Bonjour à tous,

Le vendredi 18 juin 2011, j'ai pris le départ de l'épreuve reine des courses de Bienne (Suisse), les 100 kilomètres. Après pratiquement trois mois de beau temps, voilà que la météo se gâte. Une baisse de la température ne me gêne pas, je préfère courir avec 15 degrés. Par contre les prévisions annoncent de la pluie, beaucoup de pluie. De fait, la pluie commence à tomber durant l'après-midi. Un peu avant 17 heures, je retrouve mon ami Marc Hoste qui vient faire le 'Night Marathon', dans le cadre de son entrainement pour le Lavaredo Ultra Trail. Lui partira à 22:15, soit 15 minutes après moi. Je dépose mes affaires dans sa chambre d'hôtel (moi, je fais cette économie, puisque je vais courir toute la nuit ). Puis nous partons à la recherche d'une trattoria pour les pâtes d'avant course. Durant le dessert, nous téléphonons à Sébastien le Drogo qui manque à l'appel pour cause de blessure. Lui qui rêvai de faire son premier 100 bornes le jour de ses quarante ans, c'est raté!

Au moment du départ, miracle: la pluie a cessé. Pan! le starter a fait son office. Le début de la course commence par une boucle en ville, sans aucun intérêt. Avec l'ancienne version, on traversait la ville d'est en ouest, sur un parcours plus sympathique. L'endroit des installations (vestiaires, village marathons, douches, etc.) est également nouveau. Nouveau façon de parler, puisque c'est le site de l'Expo02, qui est redevenu un terrain vague. Si je dois mettre une note sur ces installations, c'est 5/10 contre 10/10 auparavant. Et les 5 points vont en grande partie à la gentillesse des bénévoles. Merci à eux. 

5 minutes après le départ, je m'arrête déjà au bord de la route pour revêtir un poncho, car la pluie tombe de nouveau abondamment. Le poncho n'est pas très seyant, mais il a l'avantage d'être très couvrant, il recouvre aussi le petit sac à dos que j'ai pris cette fois-ci avec un peu de linge de rechange. On transpire un peu dessous, mais entre un peu mouillé et détrempé, je fais mon choix. De plus, sous le poncho subsiste une certaine température assez agréable.

 

streckenplaene2011

Le plan du parcours. Pour le voir en plus grand, cliquer dessus.

J'ai déjà fais cette course par deux fois: en 2003, lors de la grande canicule (il faisait 22 degrés à deux heures du matin, le moment le plus frais ...) et en 2009. La température était plus basse, mais j'avais pu courir toute la nuit avec le même t-shirt. Les deux fois sans lampe frontale. Il en est tout autrement cette fois-ci. Il fait nuit noire et dès que l'on quitte la ville, il faut utiliser la lampe. Il ne fait pas froid, mais c'est très humide et il pleut sans discontinuer. A cause de l'obscurité, nous ne voyons pas les fondrières et rapidement nous ne cherchons même plus à les éviter.

J'ai oublié mon Garmin à la maison et du coup je ne sais pas trop comment gérer mon allure. J'ai pris un camel-back avec moi, ce qui me permet de ne pas m'arrêter aux ravitaillements ou alors quelques secondes seulement. Entre le 10ème et le 15ème km, je commence à dépasser des personnes portant le t-shirt du marathon, alors que ceux-ci partaient 15 minutes après le 100 km. Ou bien ce sont des tricheurs, ou alors il y eu une bulle au niveau des parcours. Pourvu que cela ne soit pas sur le mien... Un article du journal du lendemain m'apprendre qu'en raison d'une erreur de parcours du marathon, celui-ci n'aura eu une longueur que de 35,5 km...

HPIM0985

Ah oui, ça mouille!

HPIM0984

Les ravitaillements étaient partout richement dotés, cela manquait de salé (fromage, tucs, salami...)

Les heures passent. Pour gérer au mieux mon avance par rapport à mon objectif (moins de 14 heures), j'ai noté les heures auxquelles je devrais passer à Ammerzwil (km 26, 01:30), au km 50 (05:00), au km 75 (08:30). J'étais au km 26 avant une heure du matin et je suis passé à Kirchberg à 04:57.04. J'ai donc une marge de plus de 6 km sur mon timing. Kirchberg, c'est l'endroit ou l'on peut retrouver des effets de rechange, j'y passe une vingtaine de minutes à me changer et à me sécher (ou plutôt l'inverse). 

Au km 38, j'étais 647ème au général et 53ème de ma catégorie (M55). A Kirchberg, je suis 636ème et 53ème. Je repars et j'ai vraiment bien profité de cet arrêt. Le jour est levé, il ne pleut plus et j'ai une patate d'enfer. Je cours les premiers 10 km de cette deuxième partie bien plus vitre que les heures précédentes. D'ailleurs, je dépasse sans arrêt d'autres concurrents, même certains relais ou estafettes. Le long de la piste Ho Chi Minh (voir les articles précédents), je vois des coureurs qui dorment sur le bord du chemin. La nuit a été longue... Utzendorf puis Gerlafingen sont dépassés. C'est le moment ou le chemin reprend la direction de Bienne, du but. Le prochain pointage est au km 76,5, après Ichertswil. Je courre depuis 10:16.02, je suis classé 630 et 61. Je progresse au général, je régresse dans ma catégorie. Depuis Kirchberg, j'ai dépassé au moins 50 personnes. Cela ne se ressent pas au classement en raison de la multitude de catégories de coureurs, mais c'est un bon stimulant: tu vois quelqu'un en ligne de mire, tu te rapproche lentement mais surement et puis tu le dépasse. Et voilà une nouvelle cible à l'horizon... Cela fait passer le temps et cela découpe l'objectif en buts rapidement atteignables. Arch, Büren a. A., Safern, Brügg sont dépassés. Il pleut à nouveau depuis un bon moment. Malheureusement, j'ai troqué  le poncho contre un mince coupe vent qui ne tiens pas l'eau. Plus que 4, 3 , 2, 1 km! Depuis Kirchberg, j'ai dépassé une bonne centaine de personnes. Je passe la ligne en bonne forme, après 13:22:43 de course, soit 39 minutes de moins qu'en 2009 et presque deux heures de moins qu'en 2003!

AlphaFoto 1895241

Nous y voilà, même pas crevé!

AlphaFoto 1897487

Allez, encore une, je sais que vous aimez cela!

DSCN0900

Comité d'acceuil!

DSCN0905

Je ne suis pas spécialement pénible, mais les installations sont un peu rustiques.

DSCN0898

Un peu de PUB pour les amis français...

Je suis 553ème au général et 55ème de ma catégorie.

Je suis très satisfait du chrono, certainement atteint en raison de la relative fraicheur atmosphérique, par contre, je suis un peu frustré par le fait que les intempéries ont empêché de voir le paysage te les magnifiques villages bernois traversé. Les habitants étaient également à l'intérieur plutôt que sur les terrasses.

J'ai atteint mes deux principaux objectifs 2011, il me reste à trouver quelque chose pour la fin de l'année. Je repends le jogging seulement cette semaine, un mois après les 100 km. C'est pénible...

Quelques souvenirs:

Medaille2011.jpeg

Diplome2011

Dossard2011.jpeg

 

MES EDITIONS PRECEDENTES:

100 kilomètres de Bienne / Grand raid de la Réunion 2009

L'année 2003

 

A bientôt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Louis - dans running
commenter cet article

commentaires